10 octobre 2018

Emmanuel Macron veut un dispositif antitrust plus fort pour préserver la tech européenne

Emmanuel Macron a annoncé mardi qu'il porterait des propositions contre les positions dominantes dans le cadre de la campagne des élections européennes de mai 2019, y voyant une condition de survie pour les entreprises technologiques européennes.

"J’ai besoin d’avoir un dispositif antitrust plus fort", a dit le président français lors d'un échange avec des entrepreneurs du numérique à Station F, à Paris. "C’est la clé si l'on veut pouvoir choisir notre avenir. Sinon, dans trop de secteurs, j’aurais le choix entre un acteur chinois et un acteur américain."

Emmanuel Macron était interrogé par Eric Leandri, cofondateur et PDG du moteur de recherche Qwant, qui fait face à la domination de Google.

"Ça a commencé, (...) la commissaire Vestager a été extraordinairement courageuse et elle a fait des cas extrêmement importants dans le numérique pour démanteler les situations abusives", a ajouté le chef de l'État. La commissaire chargée de la politique de la concurrence a notamment décidé de sévir ces dernières années contre Google et Apple.

Démanteler les effets de concentration

"Je suis favorable à ce qu’on aille plus loin et, dans le cadre de la campagne des européennes, je ferai des propositions très fortes en ce sens - de niveau mais aussi entre les différents secteurs et pour démanteler des effets de concentration qui sont intersectoriels et intrasectoriels", a poursuivi Emmanuel Macron.

Le chef de l'État a par ailleurs annoncé une simplification du dispositif French Tech Visa pour faciliter l'embauche par des entreprises innovantes de salariés étrangers.L’une des entrepreneures de la salle regrettait que le dispositif n’ait pas été efficace pour lui permettre de recruter une personne d’Afrique du Sud. "Ce sera un changement complet du dispositif qui sera mis en place le 1er mars 2019 et permettra d’attirer les talents du monde entier", promet Emmanuel Macron. 

"Si vous êtes identifiée comme entreprise innovante, vous pourrez recruter tous les talents dont vous avez besoin à l'étranger dans une procédure accélérée", a expliqué à Reuters Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État au Numérique à l'issue de l'événement. Le délai sera ainsi ramené à moins de deux mois contre entre deux et six mois aujourd'hui, a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'Etat a par ailleurs annoncé la mise en place d'un label "communauté French Tech" pour les petites villes et "Capitale French tech" pour les grandes villes. 

L'USINE NOUVELLE - Avec Reuters (Jean-Baptiste Vey, Gwénaëlle Barzic et Marine Pennetier, édité par Sophie Louet)

05 octobre 2018

Usine du futur : recentrez-vous sur l’humain !

Le concept d’usine du futur nous vient tout droit d’Allemagne, avec la volonté de faire monter en gamme l’industrie allemande devant la concurrence asiatique.

Lire la suite
12 octobre 2018

La production industrielle rebondit plus que prévu en zone euro

BRUXELLES (Reuters) - La production industrielle dans la zone euro a augmenté plus fortement que prévu en août après deux mois de baisse, une inversion de tendance qui pourrait donner un coup de pouce à la croissance économique du troisièm

Lire la suite
Partager cette page :